CPresse – Compte rendu de la conférence de presse

Le Jeudi 13 août 2020 s’est tenue une conférence de presse organisée par Capillum, pour faire un point sur la collecte de cheveux lancée depuis le 10 août par l’entreprise. Cette démarche bénévole et engagée a pour but de venir en aide aux mauriciens suite au naufrage d’un vraquier japonais contenant, entre autres, 3800 tonnes de fuel et 200 tonnes de diesel. Animée par Marie-Luce Bozom, ce point presse regroupait James TAYLOR, co-fondateur de Capillum avec Clément Baldellou, Samuel FRUGIER, Directeur Général Adjoint du Crédit Agricole Centre France et Marie-Laure POTEC, Directrice Générale URBY Clermont-Ferrand.

Retrouvez l’intégralité de la conférence de presse ici.

Et les photos ici.

Le « Wakashio » contenant, entre autres, 3800 tonnes de fuel et 200 tonnes de diesel, s’est échoué le 25 juillet 2020, sur la Pointe d’Esny, au sud-est de l’île Maurice, en zone maritime protégée interdite, souillant les massifs coralliens, mangroves et lagons. Des ONG se sont rapidement mobilisées. Conscientes de la nécessité d’une action urgente et concrètement réalisable, elles ont immédiatement lancé un appel mondial à la collecte de cheveux. En effet, le cheveu est un adsorbant naturel d’hydrocarbures pouvant adsorber jusqu’à 8 fois son poids en hydrocarbures du fait de ses propriétés, étant hydrophobe et oléophile. Après adsorption, ses déchets peuvent être acheminés vers des centres de traitement de déchets adaptés. Actuellement, ces ONG, en collaboration avec des scientifiques internationaux et l’aide du gouvernement français, analysent les écosystèmes les plus sensibles et spécifiques de l’île Maurice (mangroves, coraux, lagons) à préserver en priorité.

Cheveux du monde, unissez-vous !!!

Face à ce désastre écologique sans précédent pour ce territoire, James Taylor et Clément Baldellou, co-fondateurs de Capillum, start-up française spécialiste de la collecte et du recyclage du cheveu, ont décidé de s’investir, bénévolement, dans une opération exceptionnelle de collecte et d’acheminement de cheveux vers ces ONG. Tous deux ont lancé un appel auprès de tous les coiffeurs français, européens et, même, mondiaux,… et le retour a été immédiat.

Leur partenaire logistique URBY, filiale de La Poste et de la Banque des Territoires, contribue à l’opération avec ses entrepôts situés dans plusieurs villes de France afin que les coiffeurs y déposent leurs sacs de cheveux.

Phoebus Communication, partenaire de Village by Crédit Agricole Centre France où est hébergé Capillum, a tenu à s’associer à la démarche pour donner à l’opération un écho mondial.

Un seul objectif : tout cheveu (teinté, court, long, bouclé, raide, crépu, de toute couleur J…) est un cheveu bienvenu !! A chacun de contribuer pour sauver l’île Maurice.

Marie-Luce Bozom : James Taylor, présentez-nous Capillum

James Taylor : Dans les déchets, on trouve plus de 4 000 tonnes de cheveux chaque année en France. Dans un souci environnemental, la démarche Capillum permet de collecter les cheveux et les recycler dans le but d’apporter des alternatives écologiques sur différents marchés. Capillum se positionne comme une startup engagée, un acteur de l’économie circulaire.

MLB : Quelles sont les valeurs qui ont poussé Capillum à s’engager pour l’Ile Maurice

JT : L’ambition de Capillum passe par ses valeurs écoresponsables dont le but est de diminuer les déchets et pouvoir, ensuite, leur donner une utilité. Devant le drame écologique à l’Ile Maurice, Capillum, sollicité par des locaux, a décidé d’agir en lançant une mobilisation qui fait appel au don de cheveux afin d’aider à l’adsorption des hydrocarbures. C’est une solidarité mondiale pour venir en aide à l’Ile Maurice. Capillum est pour cela en relation avec Projet Rescue Ocean, ONG présente mondialement et qui a une antenne à l’île Maurice, au plus près des locaux engagés pour sauvegarder leur écosystème.

MLB : Quelle est la technique déployée  autour de la méthode d’adsorption ?

JT : Tout type de cheveu adsorbe naturellement jusqu’à 8 fois son poids en hydrocarbures en vue de sa nature hydrophobe et oléophile. La démarche Capillum s’appuie sur des données scientifiques de chercheurs internationaux liées à l’utilisation et au recyclage des cheveux. Elle est également en contact avec des experts mondiaux, mais aussi des acteurs majeurs et reconnus tels que Matter of Trust, pour mettre en place un processus efficace.

MLB : Quels sont les process de soutien aux ONG et les partenariats qui ont été mis en place ?

JT : Capillum se positionne comme un mobilisateur et un acteur en faisant appel au don de  cheveux. Elle travaille avec des ONGs, notamment Projet Rescue Ocean qui a une antenne à l’Ile Maurice et a lancé une cagnotte afin de financer le matériel nécessaire sur place. Au-delà de cette mobilisation pour aider l’Ile Maurice, Capillum s’engage à constituer des stocks d’urgence pour pouvoir agir plus rapidement en cas de nouvelle catastrophe écologique. Capillum est partenaire d’URBY, filiale du Groupe la Poste et la Banque des Territoires, qui a ouvert tous ses points de collecte français pour que tous les coiffeurs, mais aussi les particuliers dans la mesure où ils peuvent collecter des sacs de 50 litres, puissent y déposer leurs dons gratuitement.

Contact presse : Marie-Luce Bozom – 06 15 15 63 20

contact@phoebus-communication.com

www.capillum.fr